La préparation d’un vol

Qu’il s’agisse d’un vol local ou d’une navigation, tout vol doit être préparé en amont. Il faut évidemment que la machine soit en état de voler (visite prévol) et le pilote apte à le faire (état physique et mental, validité de la visite médicale). Si avion et pilote sont OK, il reste encore deux domaines importants à valider, la météo et l’espace aérien…

Météo
La prévision météorologique n’est pas une science exacte. La météo doit être considérée comme un facteur « flou » imposant de prendre des marges de sécurité car la prévision annoncée ne se réalisera peut-être pas, une dégradation sera peut être plus rapide que prévue, etc.

Différents sites permettent d’obtenir les données nécessaires. Il est bon de croiser les informations obtenues sur différents sites (Olivia, Aeroweb, TopMeteo, etc.). Seront nécessaires les données suivantes : Métar (observation) et TAF (prévision) des terrains de départ et de destination mais aussi ceux en route pouvant servir de terrain de dégagement. Une vision globale peut être obtenue par la carte Temsi. La consultation des Wintem permet de prendre en compte la force et la direction du vent à différentes altitudes, ainsi que les températures.

Attention à certains pièges du codage météorologique et aux dangers insidieux liés par exemple aux Métar… automatiques et aux objectifs recherchés par les Taf. Un article à consulter sur ce sujet.
Olivia avec un code d’accès à demander au responsable pédagogique.
AeroWeb avec un code d’accès à demander à la première inscription
TopMeteo (site payant)

On peut compléter l’analyse avec des sites comme…
Meteox pour les pluies en temps quasi-réel.
Ogimet pour une coupe transversale de son vol avec la météo.
« La météo en coupe sur sa route »
– Consultation des webcams installées sur différents aérodromes
Lien vers les Webcams aéronautiques
– Image satellite…

Espace aérien
Plusieurs paramètres sont à prendre en compte :
– Notams : à consulter via le site du SIA
Un lien pour vous aider sur « les dessous des Notams »
– Cartes AZBA : il s’agit du réseau RTBA (Réseau Très Basse Altitude) de l’armée de l’Air, des couloirs où les avions d’armes circulent à grande vitesse et sans que les pilotes puissent assurer le « voir et être vu », étant en mode de suivi de terrain automatique. Ces couloirs peuvent aller jusqu’au sol à certains endroits. L’activité du RTBA est connu par différentes cartes en fonction des créneaux horaires du jour. Sur la carte IGN/OACI au 1/500.000e, une indication le long des différents segments du RTBA permet de connaître l’altitude assurant sans risque le passage au-dessus du RTBA.
« Bien gérer le RTBA à la prépavol »
– SUP-AIP : il s’agit d’informations relatives à des zones réglementées ou interdites temporaires.

Toutes ces données sont à retrouver sur le site du SIA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *