Formations assurées

Brin d’Ailes assure les formations suivantes :

– PPL(A) Private Pilot Licence. Licence de pilote privé (avion).
Cette licence permet de voler en France, sur avion monomoteur à pistons (généralement quadriplaces), d’emporter des passagers. Pour aller à l’étranger, une qualification supplémentaire est exigée (pratique de la langue anglaise). Le PPL(A) est reconnu au niveau international et il est donc possible d’aller voler à l’étranger, hors Europe.

Les conditions réglementaires minimales pour l’obtention du PPL(A) sont les suivantes :
– Avoir accompli au minimum 45 heures de vol.
– Totaliser au minimum 25 heures de vol en double commande (vols avec un instructeur) et au moins 10 heures en solo supervisé.
– Avoir 17 ans révolus le jour de l’examen en vue de l’obtention de la licence.
– Subir avec succès les examens théoriques et pratiques prévus par arrêtés. L’examen théorique se prépare via un organisme extérieur, www.aerogligli.fr
– Avoir passé la visite médicale auprès d’un médecin agréé aéronautique.

La visite médicale est impérative avant tout vol en solo mais elle est recommandée avant de débuter la formation pour éviter toute déconvenue. Il faut donc prendre rendez-vous avec un médecin aéronautique agréé pour une visite médicale « classe 2 » (pilote privé). La visite médicale est valable 5 ans (60 mois) pour les moins de 40 ans, 2 ans (24 mois) si vous avez entre 40 et 50 ans et 1 an (12 mois) pour les plus de 50 ans. Les validités des visites médicale sont de date à date (si vous la passez un 15 avril, elle sera valable jusqu’à un 15 avril et périmée le 16 avril) mais sans changer de date de péremption, il est possible de la passer dans les 45 jours précédant l’expiration. Pour une première visite ou un renouvellement selon l’âge, le médecin peut demander des examens complémentaires, notamment un électro-cardiogramme (ECG). Se renseigner lors de la prise de rendez-vous pour avoir les bons documents.
Lien vers le listing des médecins agréés pour la visite médicale classe 2.

La formation comprend une partie théorique (sous-traitée à aerogligli) et une partie pratique. La partie pratique comprend des briefings avant et après vol. La partie vol est constituée de séances d’une durée de 30 à 45 mn au départ (maniabilité) et pouvant atteindre 1h30 à 2h00 à la fin (navigation).

Théorique :
La formation théorique se fait en parallèle avec la partie pratique, étant toutes deux associées mais il faut que la théorie précède la pratique… L’examen théorique comprend 5 modules pouvant être passés successivement le même jour ou à des dates différentes. Ils concernent : Connaissances générale de l’aéronef, Principes du vol, Réglementation, Météorologie, Navigation et espace aérien, Procédures opérationnelles, Communication, Facteurs humains…

L’examen comporte 120 question de type QCM (Questions à choix multiples) avec comme objectif au moins 75 de bonnes réponses par module. L’inscription à l’examen théorique ne peut se faire en candidat libre mais l’élève doit être présenté par un organisme de formation (l’aéro-club).

La préparation au théorique s’effectue via un organisme homologué pour ce type de formation, le site www.aerogligli.fr Si besoin, deux ouvrages sont de plus disponibles, offrant un support « papier ». Il est recommandé de les consulter et de retenir celui qui vous convient le mieux en termes de présentation, facilité de lecture, etc. La théorie « pratique » sera assurée par l’instructeur lors de briefings avant et après vol, sans oublier des cours complémentaires.
– Manuel du pilote d’avion, Ed. Cépaduès. 18e édition (2018)
– Manuel de pilotage Avion. Ed. Maxima. 6e édition (2018).


Pratique :
Le cursus « pratique » est découpé en plusieurs phases :
– pilotage de base
– lâcher
– formation complémentaire avec les navigations
– test pratique
Pour faciliter le suivi du cursus, il est vivement recommandé d’utiliser un ouvrage, dont l’avion pris comme étalon est le DR-400, très proche du DR-360 utilisé au sein de Brin d’Ailes.
– Le Guide pratique du pilotage, par Jean Zilio. Ed. Cépaduès. 17e édition (2017).

Temps de formation
L’expérience montre que les temps de formation sont variables selon l’implication des élèves, leur âge, leur assiduité, leur régularité… C’est comme pour le permis voiture avec la règle empirique de « une heure par année d’âge ». Pour tenir les 45 heures de vol minimales, il est ainsi préférable d’être jeune, motivé et de pratiquer régulièrement. Pour un adulte, une moyenne de 50 à 60 heures de vol reste courante.

En d’autres termes, la durée moyenne d’une formation s’étale entre 12 et 24 mois (la durée de validité du théorique est de 2 ans à passer donc en fin de progression) quand on est salarié, si l’on prend en compte les indisponibilités, les vacances, les conditions météo, une immobilisation temporaire de l’appareil, etc.. Une progression « condensée » n’est pas forcément souhaitable car un étalement dans le temps permet de découvrir différentes situations météorologiques. Ceci permet également d’étaler le budget de formation, les heures n’étant acquittées qu’au prorata des heures réellement effectuées.

Un rythme régulier reste souhaitable pour que l’enseignement soit efficace. Un travail personnel de l’élève est de plus nécessaire entre deux vols pour intégrer de nouvelles connaissances théoriques, prendre en compte les remarques des précédents vols, préparer le vol à venir. Les premières leçons sont courtes mais suffisamment denses avant de saturer l’élève.

Même si la leçon en vol est courte (30 à 40 mn lors des premiers vols), l’amplitude horaire à prévoir peut être importante avec le temps de déplacement entre votre domicile et l’aérodrome, le briefing au sol par l’instructeur (de 10 à 30 mn selon la progression), la préparation de l’appareil (sortie, visite prévol, avitaillement), la leçon à proprement dite, le débriefing après vol, la gestion de la partie administrative (carnet de route, carnet de vol, fiche de progression), la rentrée de l’appareil et son nettoyage, et enfin le retour chez soi. Le total peut ainsi compter plusieurs heures…

Causes indépendantes de notre volonté…
L’aérodrome de La Ferté-Alais étant privé, il peut être « fermé » occasionnellement que ce soit pour une manifestation (meeting de la Pentecôte), un tournage de film ou encore pour protéger la piste après de fortes intempéries.

Brin d’Ailes étant non affilié à la Fédération française aéronautique (FFA), les jeunes (moins de 21 ans) ne bénéficient pas de bourses.

Prorogations de SEP/TMG
Brin d’Ailes peut proposer des vols de prorogation à des pilotes non-membres de l’association, au tarif standard de l’heure de vol et donc uniquement en double commande et ponctuellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *